Le foulard en Turquie

0
177

Le foulard en Turquie est en proie à de nombreuses fausses idées et stigmatisations venant des médias et des politiques de notre monde. Les gens ont tendance à confondre foulard décoratif, foulard islamique et voile, ce qui est différent. Ils ne possèdent pas les mêmes symboles et les mêmes usages. 

Rappelez-vous d’un temps, quand nos grands-mères sortaient avec leur foulard bariolé sur la tête. C’était par effet de mode qui leur donnait un certain charme, mais pas que. Le foulard permettait de se protéger du vent, de la poussière et donnait un petit indice sur l’appartenance du secteur sociale dont elle appartenait. 

Les différents types de foulards en Turquie

Le foulard en Turquie qui est coloré a la même connotation pour les femmes qui le portent. Il y en a qui mettent un foulard bariolé, dentelé, de tissu blanc très fin. Les femmes le mettent de différentes façons suivant l’ethnie à laquelle elles appartiennent et de la région de la Turquie d’où elles viennent. Mais aussi ses convictions sociales, son goût, et son utilité. 

Pour certaines, le foulard en Turquie finira accroché au-devant du cou, avec un nœud ou à l’arrière de la tête, ou encore sur le côté également noué. Certaines le porteront de façon approximative au-dessus de la tête, ou encore à cheval sur une épaule, ou croisé derrière le cou pour avoir deux pans du foulard reposant au-devant de la poitrine. Certaines le porteront épinglé au niveau du cou, laissant le foulard prendre toute son ampleur sur les épaules. C’est pour vous dire le nombre de façons de mettre son foulard et les symboles qu’il véhicule.

Foulard portée par une femme paysanne :

le foulard en turquie
le foulard en Turquie

Foulard portée par des femmes kurdes :

le foulard en turquieFoulard porté par des femmes de la Cappadoce :

Les Femme de la Cappadoce aux yeux du Peintre turc Fikret Oytam

Le foulard en Turquie est une appartenance à une communauté, un lieu, à des racines. La femme en Turquie est totalement libre de porter son foulard, que ce soit en campagne ou en ville. Il est une reconnaissance distinctive, ancré dans les us et coutume, les habitudes du quotidien, à laquelle les femmes sont attachées encore de nos jours.

Le voile en Turquie

Certaines femmes turques portent également le foulard ou voile religieux en Turquie, mais là encore il existe plusieurs façons de le porter. 

Résumons les différences entre les voiles :

  • Le hijab : voile islamique qui couvre les cheveux, il se peut que quelques cheveux dépassentle foulard en turquie
  • Le niqab : il masque tout le visage à l’exception des yeux, il est plébiscité par les pratiquantes d’un islam rigoriste. En majorité de couleur noire

La burqa : il recouvre tout le corps même le visage, souvent de couleur bleue, porté majoritairement en Afghanistan

  • Le jilbab: est une longue robe avec une capuche servant à cacher les formes de la femme. Le visage est découvert
  • Le tchador : il recouvre les cheveux et le corps, pièce de tissu noir en forme de demi-cercle 

En Turquie, les femmes portent le hijab en majorité et quelques-unes en grande minorité le niqab et le jilbab. La burka et le tchador ne sont pas portés en Turquie. Les femmes que vous voyez dans les rues à Istanbul par exemple en Niqab ou encore en tchador viennent des Emirats Arabes, du Qatar, de l’Arabie Saoudite, de la Malaisie.

En Turquie, les jeunes femmes ont une façon spéciale de porter le voile islamique, comme pour vouloir se démarquer. Elles attachent les foulards de façon conique à l’arrière de la tête. Il peut être de couleur noire, bleu foncé, bordeaux, verte.

Le foulard dans la société

Depuis 2013, le foulard islamique a fait son entrée au sein de l’administration, de l’armée et des universités turques. Dans un pays sous le régime de la laïcité, cette autorisation a été perçue comme un pavé dans la mare par les partisanes d’une liberté absolue, de l’émancipation de la femme, et de l’égalité des sexes. Cela a été reçu comme l’ouverture d’une guerre invisible entre les femmes voilées et non voilées. Un affront à ce que Mustafa Kemal Atatürk avait décrété, un retour en arrière pour d’autres. 

foulard turquie
foulard Turquie

La Turquie est un pays libre, chacun peut vivre la vie qu’il a décidée, ce pourquoi il existe tout type de femmes, tous types de styles, et d’appartenances. Dans la jeunesse, il n’est pas rare qu’à la sortie des lycées ou universités de voir une jeune femme voilée copine avec une jeune femme en mini jupe maquillée. L’un empêche pas l’autre, les jeunes sont le futur de demain, les mentalités changent, les actions et les paroles se libèrent même au sein des communautés religieuses les plus conservatrices. La pression culturelle, religieuse et familiale plane encore autour de ses jeunes filles mais elles s’octroient sans complexe tout de même une certaine liberté, en s’autorisant de se maquiller, de fumer, de parler avec des hommes.

Les femmes des pays voisins aiment venir en Turquie pour vivre une liberté furtive mais agréable le temps d’un voyage à Istanbul. Les femmes s’autorisent a se dévoiler et le temps d’une escapade, se balader dans les ruelles de pavées commerçantes d’Istanbul sans leur voile obligatoire dans leur pays. 

Les stylistes turcs l’ont bien compris, la soif de liberté et de vivre avec son temps pour la femme voulant continuer à être attachée à leurs convictions religieuses tout en étant belle. Les créateurs de tenues islamiques, ou la mode pudique comme on la désigne sur les podiums de mode, excelle dans les créations à tendance ottoman, mélangeant le jadis au contemporain. Un défilé international avait été organisé à la gare ferroviaire de Kadikoy Haydarpasa en 2017 à Istanbul, où un homme d’affaires avait invité les vlogeuses et blogeuses du monde entier à y participer. Le milieu de la mode pudique représente des milliards de dollars chaque année.

Istanbul est un trésor pour les achats vestimentaires et objets religieux musulmans. Il y a des quartiers comme Uskudar, Beyazit, qui, comme le Grand Bazar, proposent de nombreuses choses, comme des voiles, des tenues complètes, le Coran, de l’eau venue tout droit de la Mecque, des tapis de prière, des burkinis et de nombreux articles encore. 

Les écoles coraniques se sont vu multiplier ces dernières années. Les élèves portent toutes le même voile de la même couleur, ce qui permet de déterminer l’établissement auquel l’élève appartient.

Ces écoles sont souvent privées, où l’on étudie en profondeur la religion musulmane, le Coran, et tout ce qui en découle. Dans les écoles laïques, la religion est aussi apprise. Ce cour, appelé “din” est obligatoire minimum une heure par semaine dans les lycées, sauf si sur votre carte de nationalité il est écrit chrétien ou juif, ce qui vous vaudra d’en être dispensé. Durant ce cours, l’islam et les autres religions sont survolées, transmises en globalité, mais obligatoires dans les écoles.

Le foulard décoratif, utile, ethnique, communautaire, religieux peu importe, le foulard fait partie de la vie en Turquie. Suivant le quartier, vous en verrez plus ou moins. Le nombres de femmes portant le foulard détermine le parti politique du quartier et son appartenance. 

Quartiers conservateur et religieux d’Istanbul : Uskudar, Eyüp 

Quartiers 100% laïc d’Istanbul : Besiktas, Nisantasi

Le vivre-ensemble prend le dessus, malgré les esprits de contradictions, de révolte parfois, au final chacun vit sa vie ! 

verine FZK 

Content Protection by DMCA.com

LAISSER UN COMMENTAIRE